Josiane Bost, championne du monde en 1977

 In Le Tour au pied des Tours, Non classé

Début des années 70, Josiane Bost collectionne les places d’honneur dans les championnats de France, sur la route comme sur la piste. Sa principale rivale durant sa carrière est Geneviève Gambillon qui domine le cyclisme mondial.
En 1977, elle monte enfin sur la plus haute marche du podium en devenant championne de France de poursuite individuelle.
Elle crée aussi la surprise à San Cristobal, au Venezuela en devenant championne du monde sur route, devant celle qui deviendra, quelques années plus tard, la première championne olympique sur route Connie Carpenter. Elle terminera sa carrière avec à son palmarès cinq cents victoires sur route, sur piste, en cyclo-cross et l’une des pionnières en VTT.

Pourquoi avez-vous choisi de faire du cyclisme ?
Josiane Bost : Je suis issue d’une grande famille de passionnés. Mon père, mon oncle et mon frère ont couru à vélo et toute la famille se positionnait derrière eux. Tout naturellement, j’ai eu envie de les imiter.

Quel était le moment le plus remarquable de votre carrière ?                                                                          C’est le dernier Tour auquel j’ai participé et l’arrivée de mon championnat du monde victorieux à San Cristobal, au Venezuela, en 1977. Et puis, ensuite la Marseillaise et la remise du maillot.

Que regrettez-vous le plus dans votre carrière ?
Comme beaucoup d’athlètes féminines, que le cyclisme féminin ne bénéficie pas d’aides financières et matérielles estimées à sa juste valeur.

Qu’est-ce que vous avez ressenti quand vous vous êtes fait devancer 3 fois par la même personne au championnat de France sur route ?
De la frustration et une réelle déception. Quand on s’aligne sur une course, c’est pour la gagner ! Mais Géneviève Gambillon était vraiment au dessus de nous toutes. Mais j’ai eu ma revanche.

Quelle a été votre idole avant et pendant votre carrière ?
Eddy Merckx ! Le plus grand parmi les plus grands. Une classe extraordinaire.

Est-ce que vous trouvez que le cyclisme féminin a évolué depuis les années 1970 ?
Oui, et heureusement d’ailleurs. Une grande évolution du matériel, ainsi qu’un calendrier plus étoffé en épreuves de prestige et une plus grande féminité des compétitrices.

Quel est votre avis sur l’arrêt du Tour de France féminin et y avez- vous participé?
Il est vraiment dommage par contre de constater la disparition du Tour féminin, C’est le grand débat actuel.

Pour vous y a-t-il encore de la discrimination entre le cyclisme féminin et masculin ?
Certes il y’a quelques progrès pour la reconnaissance du sport féminin en général. Pour le cyclisme, nous sommes encore face à une méconnaissance du public, qui ne juge pas nos efforts à leur juste valeur. Il serait peut-être bon d’associer plus étroitement les organisations hommes/femmes.

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes filles qui voudraient faire du cyclisme ?
Le cyclisme est un sport exigeant qui nécessite sérieux et application comme un investissement continuel. Il s’agit de posséder un moral bien trempé. Or, si de bons résultats se trouvent obtenus, le jeu en vaut bien la chandelle.

Retrouvez le projet le Tour au pied des tours et le magazine 2020 “Au Tour des femmes” des Pitchounes en intégralité sur : Cliquez ici 

OU DIRECTEMENT ICI POUR LE MAGAZINE !

Recommended Posts

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez nous un mail :)

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search