Route du Rhum, un sentiment de liberté – Episode 6

 Catégories Pitchounes Toulouse, Route du Rhum, Tv Pitchounes


Tous aux abris !

Une deuxième dépression très active a survolé le golfe de Gascogne cette nuit de lundi à mardi avec une mer très forte et plus de quarante nœuds de vent…

Certains skippers ont pris la mesure de la situation météo à venir ainsi Christian Guyader et Bertrand de Broc (Rhum Multi) se sont réfugiés en Bretagne Sud, quand Erwan Thiboumery a fait route sur Brest ; Marc Dubos (Class40) et Bob Escoffier (Rhum Mono) sont à Roscoff tandis qu’Éric Bellion (Rhum Mono) a choisi l’Aber Wrac’h. Et parmi les Class40, Dominique Rivard, Maxime Cauwe, Florian Guéguen et Jean Galfione ont rallié la rade de Brest ou ses abords. Au total, vingt-six solitaires sont en escale ou en passe de l’être…

Et si la nuit (noire) a été particulièrement véloce pour toutes les classes, elle n’en a pas moins été agitée : plusieurs avaries ont obligé certains concurrents à faire une escale technique à l’image d’Armel Le Cléac’h (ULTIME) reparti 35 minutes après son pit-stop à Roscoff pour des problèmes électriques, ou d’Erwan Le Roux (Multi50) après quatre heures d’arrêt dans le même port suite à une voie d’eau par un safran. Et Manuel Cousin (IMOCA) a décidé de faire route sur Brest lundi matin pour réparer une fixation de safran…

Premières victimes…

Quant à Sébastien Josse (ULTIME), son trimaran à foils en tête de la course au milieu de la nuit, a vu son étrave de flotteur tribord s’arracher sur huit mètres ! Le Maxi Edmond de Rothschild faisait route en avant lente, vers La Corogne qu’il a atteint hier soir… Tout comme Thomas Coville qui a vu le carénage de bras de liaison de Sodebo Ultim’ endommagé par une mer de plus en plus formée et chaotique. Désormais, les projections des coureurs se tournent vers l’arrivée d’une deuxième dépression, plus grosse, plus violente, plus rapide qui va atteindre les ULTIME par sa face Sud : les trimarans géants auront probablement le temps d’éviter le gros de cette tempête puisqu’ils seront déjà à la latitude de Gibraltar…

En revanche, les Multi50 et les monocoques IMOCA ne pourront la contourner : dès le lever du jour ce matin, ces solitaires devront affronter plus de quarante nœuds de vent et plus de sept mètres de creux ! Premières victimes,  Isabelle Joschke et Sam Goodchild qui ont signalé à la Direction de Course avoir tous deux démâtés.

Et pour Louis Burton, que nous avions rencontré confiant quelques jours avant son départ,  la course est mal engagée puisque son puits de foil tribord est en vrac. Il a dérouté vers Roscoff afin d’y effectuer des réparations.

Recommended Posts

laisser un commentaire

CAPTCHA * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez nous un mail :)

Not readable? Change text. captcha txt

Chercher sur le site, appuyer sur entrée pour valider