La Route du Sud 2017 s’annonce passionnante !

 Catégories Le Tour au pied des Tours, Les mercredis des Pitchounes Toulouse, Pitchounes Toulouse

Le 4 mai avait lieu à l’Hôtel de Région à Toulouse la présentation de la 41ème édition de la Route du Sud en présence de Pierre Caubin, Christian Prudhomme et Blel Kadri.
Pour cette nouvelle édition, le peloton va se disputer sur quatre étapes du jeudi 15 au dimanche 18 juin en partant de Villeveyrac pour arriver jusqu’au circuit de Nogaro.
7 formations du WorldTour, de grands champions annoncés, voilà une Route du Sud 2017 qui s’annonce passionnante !
Pierre Caubin, président de la Route du Sud, répond à nos questions et nous fait l’honneur de nous donner l’exclusivité de la présence d’un grand champion espagnol qui fera tout pour succéder à Nairo Quintana ! Le directeur du Tour de France Christian Prudhomme nous partage également son attachement particulier à cette course !


Interview de Pierre Caubin, président de la Route du Sud :

Media-Pitchounes : Quels vont être les points forts de cette édition 2017 ?

Pierre Caubin : Alors les points forts c’est d’abord un plateau exceptionnel, 7 équipes de toute première division et puis des étapes qui vont traverser 5 départements de notre magnifique région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée avec un point d’orgue : l’arrivée à Gavarnie un grand site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Sur quelle étape d’après vous va se jouer l’édition 2017 ?

Pierre Caubin : Je pense qu’il y a de grandes chances qu’elle se joue sur l’étape entre Saint-Gaudens qui nous recevra pour la 21ème fois et Gavarnie-Gèdres.

Quels seront les grands noms présents cette année ?

Pierre Caubin : Les grands noms c’est toujours un peu compliqué parce qu’on n’est jamais très sur mais on aura le champion australien Rohan Dennis, on aura le champion américain vraisemblablement Tejay Van Garderen, l’équipe Sky devrait nous envoyer Geraint Thomas et Mikel Landa et je ne l’ai pas annoncé mais à 99% on aura le champion espagnol Alejandro Valverde également.

MP : Quels sont les faits marquants de l’histoire de la Route du Sud ?

Pierre Caubin : Les faits marquants c’est l’histoire, une bande de copains qui monte une course dans le Tarn. La course grandit, elle devient le Tour Midi-Pyrénées. Elle grandit un peu plus et elle devient la Route du Sud. Et nous, notre objectif c’est de la faire grandir encore un peu plus pour peut-être un jour l’appeler la Route de l’Occitanie.

MP : Comment a-t-elle été créée ?

Pierre Caubin : Elle a été créée en 1977 par Monsieur Francis Auriac qui nous a quitté l’an dernier, qui était un passionné de vélo. Il a crée cette épreuve avec 4-5 copains.

MP : Cette course évolue d’année en année, comment voyez-vous son avenir ?

Pierre Caubin : L’avenir c’est d’essayer d’en faire la course de notre territoire Occitanie-Pyrénées-Méditerranée et peut-être passer en société, créer des emplois c’est ça aussi mon objectif peut-être. Des emplois à l’année pour gérer cette manifestation.

MP : Est-ce que notre quartier et notre volonté d’y développer le cyclisme pourrait elle en faire partie ?

Pierre Caubin : Oui, c’est quelque chose qui me tient à cœur, qui tient à cœur aussi de Christian Prudhomme. Il faut s’y pencher très sérieusement bien-sûr. Faire un départ dans votre quartier, il va falloir qu’on aboutisse dans les futures années.

 


Interview de Christian Prudhomme, directeur du Tour de France :

Media-Pitchounes : Pourquoi êtes vous si attaché à la Route du Sud ?

Christian Prudhomme : Parce que c’est une très belle épreuve dans un décor magnifique c’est-à-dire les Pyrénées, l’Occitanie, le Sud Ouest. Parce qu’on peut voir les coureurs de manière très conviviale, que l’organisation est à la fois professionnelle et très sympa et parce que je l’ai découverte en 2001. J’étais à l’époque journaliste à France Télévision, j’avais commenté le Tour de France et ça me permettait de voir les coureurs, de les interviewer, discuter avec eux de manière très décontracté. Et parce que j’ai rencontré une équipe de bénévoles absolument formidable.

MP : Découvrez-vous de nouveaux cols ou de routes sur cette épreuve ?

Christian Prudhomme : Oui sans aucun doute, si le Port de Balès a été inscrit sur le Tour de France, si la Hourquette d’Ancizan, si Payolle en signe d’arrivée ont été inscrit sur le Tour c’est grâce à la Route du Sud, c’est ici à la Route du Sud où je les ai vues pour la première fois.

MP : Cette course évolue d’année en année, alors comment voyez vous son avenir ?

Christian Prudhomme : Je le vois beau son avenir puisqu’il y a Eurosport en direct depuis 2 ans, puisqu’on voit le plateau des coureurs avoir une qualité supérieur d’année en année, puisqu’on voit de grands champions venir, puisqu’on voit ici que c’est la première fois que la conférence de presse a lieu à l’Hôtel de Région la région Occitanie. On voit qu’il y a une assise, un soutien important des élus. C’est très important donc je lui vois un bel avenir. Mais je veux vraiment tirer un coup de chapeau à tous les bénévoles qui travaillent pour la Route du Sud qui font ça en plus de leur boulot parce que c’est leur passion et qu’ils travaillent comme des professionnels bien qu’ils soient bénévoles.

Pourrait-elle dans les années futures être sous l’égide de l’ASO ?

Christian Prudhomme : Ce n’est pas le souhait, c’est pas le but, nous on aime justement qu’il y ait des gens qui prennent leur course en main etc, qu’il l’a fasse fonctionner on n’a pas la volonté de tout manger, de tout acheter, au contraire on est ravi de voir que des gens qui sont chez eux organisent chez eux une très belle course, ça c’est bien.

Merci à vous !

 


www.laroutedusud.fr

Recommended Posts

laisser un commentaire

CAPTCHA * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

Envoyez nous un mail :)

Not readable? Change text. captcha txt

Chercher sur le site, appuyer sur entrée pour valider